Je ne sais pas expliquer comment je soigne.

Je ne sais pas expliquer comment je soigne.

Je pratique différents soins aujourd’hui.

Depuis une dizaine d’année, j’ai commencé à ressentir l’énergie dans mes mains, la sensation peut être décrite comme un fourmillement qui se densifie, également des picotis apparaissent ensuite. Par la suite, rapidement la sensation s’est développée dans mes pieds et remontait jusqu’à mes mollets. Je vis également une petite décharge électrique à l’endroit du périnée lorsque je vois la douleur chez quelqu’un ou une blessure. Cela se produit lors du visionnage d’un film aussi lorsque je m’imagine vivre cette blessure, cette douleur en moi.

La sensation a donc débuté dans mes mains et s’est développée rapidement les premières années. A cette époque je fréquentais 4 à 5 sites mégalithiques actifs par an car ils éveillaient en moi de nombreux questionnements. A leur approche, mes mains commençaient à bourdonner, et la densification commençait à opérer.

C’est au bout de cinq années que se sont présentées les premières occasions de pratiquer l’apposition des mains auprès de personnes proches, un ou une amie, un membre de ma famille… Chaque expérience voyait la douleur et le mal passer sur des lapses de temps différents, y compris pour une même problématique. Les personnes ne réagissaient pas de la même manière.

J’ai continué mon parcours professionnel dans différents secteurs en tant que salarié ou dirigeant en vivant plutôt mal les obligations sociales et économiques sous-jacentes tout en me pliant au jeu. J’arrivais toujours à apporter ma créativité et ma grande curiosité dans ces activités. Néanmoins j’ai fini par me fatiguer d’essayer de satisfaire ces objectifs durant de nombreuses années.

Alors j’ai rénové notre maison pendant 3 années. J’ai dû abandonner l’idée de devoir remplir ma vie d’activités rémunératrices immédiates pour me centrer sur ce que mon être devait accomplir puis prendre une décision. Deux chamanes mongoles m’ont révélé qu’il était temps de soigner les gens maintenant même si mes autres projets étaient bons et devaient aussi être réalisés.

Également je me suis aidé d’un travail intérieur en hypnose avec la psychomotricienne Anne-Claude Méner à Guer. Je découvrais la profondeur de l’étouffement que j’avais vécu durant les 23 premières années de ma vie. Je découvrais grâce à mon fils la personne HPE (haut potentiel émotionnel) que je suis. J’écoutais mon enfant intérieur, le petit garçon que j’ai toujours été, me dire qu’en fin de compte il ne restera que la « lumière » en tout et pour tout.

J’étais réveillé et je recevais une proposition de formation au Reiki de la part d’Elise Joscht Saint Pierre à Paimpont que j’acceptai. Je réservai aussi quelques semaines plus tard ma formation au Reconnective Healing et à la Reconnexion Personnelle selon Éric Pearl enseigné par Caroline Lagouge Chaussavoine à Rambouillet…

Et j’encrai ma décision un an plus tard en créant mon activité thérapeutique autour de l’apposition des mains, du Reiki, de la Reconnection Personnelle et du Reconnective Healing. Ces pratiques se rejoignent dans ma perception et compréhension du procédé me permettant d’apporter aux personnes une amélioration, une correction ou une guérison de leur pathologie.

Pourtant je bloque au démarrage, après avoir réalisé mon site internet. Et un livre vient à mon secours : « Le guérisseur blessé » de Jean Monbourquette. J’y retrouve ce que je pressentais inconsciemment.

Le processus de guérison est partagé entre le patient et le soignant. L’état initial de la relation est le suivant :

Le soignant est conscient d’être guérisseur et le patient est conscient d’être blessé.

Le soignant est inconscient de certaines de ses blessures et le patient est inconscient de son guérisseur intérieur.

Il y a interaction des positions conscientes entre elles, des positions inconscientes entre elles et entre positions conscientes et inconscientes également.

Ainsi, à travers la dynamique du soin de guérison, outre les aspects énergétiques, informationnels et lumineux œuvrant à destination du patient, le soignant tente d’éveiller le guérisseur intérieur du patient afin de lui permettre de reprendre sa place consciente chez ce dernier. Et par les blessures conscientes qu’apporte le patient en vue d’un solutionnement, ce dernier tentera d’amener le soignant à prendre conscience d’autres blessures ou à rendre davantage conscientes les blessures dont il a déjà connaissance. Finalement, le soignant gagnera en conscience concernant ses propres blessures et le patient fera émerger son guérisseur intérieur vers sa propre conscience lui donnant davantage de liberté d’action, sinon une liberté totale qui est à souhaiter.

Je ne sais donc pas comment je soigne et ne pouvais pas répondre à cette question car elle n’avait pas de sens puisque je la considérerais vis-à-vis de ma personne seule.

Le don de guérison qui m’habite ne m’appartient pas à moi seul. Par ma concentration, en appui sur la conscience ouverte du patient et notamment sa volonté, je peux transmettre une correction et œuvrer en synergie avec son propre potentiel. Mais je ne déciderai pas du chemin que prendra ce potentiel ni même du résultat qu’atteindra le patient car cela lui appartient à lui seul.

L’énergie universelle Reiki que je transmets ne m’appartient pas non plus et je peux tenter d’être le meilleur canal possible afin de faciliter sa diffusion. Les visualisations qui me sont transmises sont autant d’indices apportés au patient afin de lui permettre d’intégrer à sa juste place sa propre réalité.

Les énergies, les informations et la lumière, toutes les trois spécifiques au patient qui en fait la demande sont transmises par l’activation de fréquences dans lesquelles n’importe quel individu baigne. Je peux ouvrir ces portes afin que les échanges nécessaires s’effectuent. Ils sont effectués par une conscience qui m’est inconnue, elle sait tout de moi et de mon patient, de nos besoins. Je transmets cette capacité d’activation des fréquences à mon patient qui à son tour gagne cette capacité pour potentiellement soigner lui-même d’autres personnes mais tout d’abord sa propre personne, son Soi.

Chaque patient me renvoie vers l’expérience plus profonde de mes propres blessures afin que je puisse prendre pleinement conscience de leur nature, de leurs causes et de leurs conséquences et ainsi marcher sereinement à leur côté sans qu’elles aient un impact sur moi. Le guérisseur intérieur grandissant des patients leur permet de retrouver leur autonomie vis-à-vis de leur bien-être personnel.

Je constate et participe à la beauté profonde de processus de guérison tous liés à la Vie dont les profondeurs demeurent hors de ma portée. Je ne peux expliquer comment je soigne. Et l’accepter, m’a libéré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.